Jérémy Girardot est le manager de l’équipe esport de l’AS Monaco. De passage à Paris pour la Orange e-ligue 1, il a accepté de nous rencontrer et répondre à nos questions. Une rencontre incroyablement enrichissante de part sa large expérience dans l’esport.

Pour le suivre : Twitter

 

KYKLOS : Quel est ton parcours et comment es-tu arrivé à l’AS Monaco ?

Jérémy : j’ai commencé l’esport à 18 ans. Je suis un peu un dinosaure de la discipline ! J’ai travaillé en tant que vendeur de jeux vidéo, et c’est comme cela que j’ai découvert l’esport. A l’époque, c’était sur la première Xbox avec le « Xbox Live », j’ai commencé sur Forza Motor sport 1 ! Des clients m’ont proposé de rejoindre leur équipe. Et j’avoue que la première fois que j’ai joué en réseau, j’ai pris un pied d’enfer ! En plus, j’ai un esprit de compétiteur comme j’ai beaucoup pratiqué l’athlétisme à bon niveau. Me confronter à d’autres personnes a toujours été important pour moi. Et déjà à cette époque, j’étais persuadé que l’esport allait grandir et devenir ce qu’il est aujourd’hui.

Par la suite, je me suis reconverti en tant que community manager (pour Bang Bang Management, Xbox, EA Sport, FFF…) en freelance, activité que je continue de faire aujourd’hui en plus du rôle de manager. J’ai été aussi responsable d’une association multigaming et rédacteur pour le site aAa.

Grâce à ses activités, j’ai été approché par la team Epsilon que j’ai intégré et j’ai eu pour mission d’encadrer Vincent sur Fifa, et on a fait une super saison ! Du coup, l’équipe m’a proposé de coacher l’ensemble de l’équipe FIFA et la mission de faire connaître l’équipe sur le territoire français.

Après une saison, avec Vincent nous avons décidé de quitter la structure et nous avons rejoint l’équipe Melty Esport ! Mais 3 mois plus tard, l’équipe s’est arrêtée… Mais c’était une super expérience car nous nous entendions avec toutes les différentes équipes, et les conditions de travail étaient super ! Suite à cela, nous avons rebondit au FC Nantes. Mais au bout de 6 mois, j’ai décidé de partir car j’étais bénévole et je voulais plus de reconnaissance pour le temps investi. J’ai ensuite été contacté par l’AS Monaco. Le club avait déjà eu une première expérience esport en partenariat avec Epsilon, mais il voulait se lancer en solitaire afin de mieux représenter les valeurs du club. Nous sommes vite tombés d’accord, et Vincent nous a rejoint par la suite car son profil correspondait très bien à celui du club ! Aujourd’hui je suis manager de l’équipe esport de l’AS Monaco.

K : Quels sont les objectifs du club ?

J : Pour l’AS Monaco, c’est vraiment de considérer l’esport comme un sport. Ce n’est pas du tout un coup de communication, le club y croit très fortement. C’est donc de créer des équipes sur le plus de jeux esport, et faire progresser celles-ci sur le plan national et international car gagner des titres fait partie des valeurs du club ! Sur cette première saison nous avons donc une section FIFA (légitime pour un club de foot) mais nous avons aussi ouvert une section sur NBA 2K. C’est un pari car nous sommes dans les premiers en France à l’avoir fait. Nous espérons que l’esport sur ce jeu va se rapprocher de celui du modèle américain qui est juste incroyable. En plus, le club a une super équipe de basket donc ce n’est pas complètement illogique de miser sur ce jeu !

K : L’AS Monaco est réputé pour sa formation pour les jeunes (notamment dans le football), est-ce dans les ambitions du club d’appliquer ce modèle à l’esport et de devenir un centre de formation pour les esportifs ?

J : Pourquoi pas ! Il faut procéder étape par étape. Il faut avancer lentement mais sûrement. La priorité actuelle est de déjà bien encadrer nos joueurs. L’ensemble du club s’investit dans cette mission en mettant ses compétences au service de la team esport.

K : A l’heure actuelle, vous avez une équipe FIFA et NBA 2K. Avez-vous pour ambition d’aller sur des jeux connus de la scène esport ?

J : Nous n’avons jamais caché cette ambition. Nous avons même déjà parlé de certains tels que Rocket League, Hearthstone … Un League of Legends aussi bien évidemment. Mais ce n’est pas la priorité. Nous avons déjà d’autres étapes à passer avant. La volonté du club est bien sûr d’y aller, mais toujours en respectant les valeurs du club et ne pas brûler les étapes.

K : On voit beaucoup de club de football professionnel ouvrir des sections esport. Pense-tu que tous les clubs devraient y aller ? Ou c’est encore un milieu réservé à l’élite et aux clubs puissants ?

J : Pour moi rien n’est réservé à personne. Pourquoi pas demain voir des clubs de basket arriver ? Aux US, des clubs de basket ou même des sportifs sont déjà actifs sur la scène esport. Tout dépend des objectifs que chacun se fixe ! Tout le monde peut faire de l’esport, mais c’est une autre histoire de perdurer dans ce milieu. Encore un fois, l’esport est un monde particulier, qui bouge encore énormément, qui a ses codes, ses acteurs, et à l’heure actuelle il faut des gens qui connaissent ce milieu pour accompagner les projets. Monaco l’a fait, en prenant des personnes issues de l’esport pour faire avancer leur section et faire en sorte que cela fonctionne.

 

L’application est disponible en bêta ! Alors rejoins la meute ! 

Leave A Comment