Léo « Lounet » Maurice est le manager de la Team LDLC sur la scène esport depuis quelques années maintenant. Ancien joueur professionnel de League of Legends, il est commencé sa carrière en 2011. Réputé comme un excellent support, il fera le bonheur de quelques équipes Française en tant que joueur ! Il prendra ensuite le rôle de coach, puis de manager afin d’apporter son expérience à une équipe. Au lendemain de l’annonce de la LFL (la compétition officielle de League of Legends en France) et de la participation de la Team LDCL dans celle-ci, il a accepté de répondre à nos questions. 

KYKLOS : Salut Lounet ! Comment ça va ? Pour ceux qui ne te connaitraient pas est-ce que tu peux te présenter s’il te plaît ?

LOUNET : Salut ! Ca va bien merci ! Du coup, je m’appelle Léo, j’ai 25 ans et je suis manager de l’équipe LDLC. Je m’occupe principalement des équipes League of Legends et Fortnite. Avant ça j’ai été joueur professionnel sur LOL.

 

K : Comment ça se passait à l’époque pour devenir joueur pro et se faire repérer ?

L : Personnellement j’ai rejoint ma première équipe en 2011. A l’époque il n’y avait pas beaucoup de joueur donc si tu étais dans le top élo tu te faisais facilement recruter. Et surtout tout le monde dans le top 500 se connaissait. En l’occurrence, je me suis rapproché de joueurs français qui appartenaient déjà à des teams comme AAA etc et c’est ce qui m’a mis le pied à l’étrier. Ma première team s’appellait ALS, avec Skyyart entre autres.  Après j’ai joué pour AAA et aussi Sparta.

 

K : Et est-ce que tu as tout plaqué pour devenir joueur pro à l’époque, ou tu continuais tes études en parallèle ?

L : En 2011 j’étais en BTS, donc je suivais des études et à côté je jouais beaucoup. Une fois mon BTS obtenu j’ai fait une pause pour devenir joueur pro. Cette pause a duré 3 ans, soit toute ma carrière de joueur, et j’ai repris les études pendant une année à ce moment là.

 

K : Tu es le manager donc l’équipe LOL de la structure LDLC. Qu’est-ce que tu as pensé de cette première édition du LOL Open Tour ? Et plus largement, toi qui a connu l’esport sur LOL il y a longtemps,  qu’est-ce que tu penses de cette structuration de l’esport ?

L : Avant il n’y avait que les LANs pour pratiquer l’esport. Et je trouve qu’avant on avait encore plus envie d’aller en LAN que maintenant. En même temps à l’époque il n’y avait que ça pour se confronter aux gens compétitivement. Il n’y avait pas les LCS etc. Après il y avait déjà les IEM et ça c’était très intéressant parce qu’il y avait les meilleures équipes européennes qui s’affrontaient. Ensuite il y a eu les ligues, aujourd’hui le système de franchises, et là ça va encore plus loin avec du online national par le biais de la LFL.

 

K : D’ailleurs puisqu’on en parle, quel est ton meilleur souvenir de cet Open Tour ?

L : La Lyon Esport. Le match était serré, on gagne à la fin face à Gentside ! Mais c’était tendu !

 

K : Et de manière plue générale ce serait quoi ton meilleur souvenir de LAN ?

L : Honnêtement je dirais que c’était la compétition à New York. J’étais ADC à l’époque, c’était ma première compétition internationale, c’est un souvenir incroyable. Tu te dis que tu vas aux USA pour jouer à ton jeu favori … C’était dingue !

 

K : Comment fait-on pour passer de joueurs à Staff ? C’est plutôt une transition naturelle ?

L : En gros je suis passé dans le coaching-staff quand j’ai appris que l’équipe InFamous recherchait un manager (j’avais déjà arrêté ma carrière de joueur !). J’ai saisi l’opportunité, bénévolement car je souhaitais rester dans l’esport et voir d’autres choses. En l’occurrence ça m’a plu, on a fait quelques perfs qui nous ont permis d’être repérés par Melty, et lorsque la structure a fermé on est passé chez LDLC.

 

K : Et toi qui a revêtu les deux casquettes, qu’est-ce que tu penses des formations qui apparaissent et permettent, selon leurs dires, de se spécialiser et se former à l’esport ?

L : Ca ne me plaît pas vraiment. Je ne suis pas sûr que ce soit utile. Je pense que les gens qui proposent ces formations ne sont pas forcément légitimes puisque ne sont même pas issues du milieu parfois.

 

K : Bon, sois honnête : comment on fait pour recruter quelqu’un comme YellowStar ?

L : Je ne m’en suis pas occupé (rire). C’est même lui qui nous a contacté. Il avait envie de travailler avec nous et avec le palmarès et l’expérience qu’il a, il apporte vraiment quelque chose.

 

K : Qu’est-ce que tu penses de l’explosion de Fortnite et de l’esport qui commence à apparaître dessus ?

L : Je trouve que c’est un jeu plaisant à regarder. Et même moi, en tant que manager, quand je suis derrière les joueurs, je ressens l’adrénaline. C’est plus mécanique et instinctif que LOL dans le sens ou tu joues sur plusieurs plans dimensionnels. Niveau esport c’est aussi compliqué parce que tu vois des tournois online avec un cashprize de 100K euros alors qu’en LAN ce ne sera même pas 10% de cette somme, alors que c’est ce qui nécessite le plus d’organisation. Et puis avec une mise à jour par semaine, qui apporte généralement de nouveaux items, ça augmente la difficulté d’être joueur pro dessus à cause de l’adaptation permanente. Mais en même temps on comprend Epic lorsqu’ils font ça puisqu’il faut bien renouveler la hype pour les joueurs non professionnels.

 

K : On a remarqué que l’esport sur Fortnite était rythmé également par le très grand nombre de turnovers au sein des équipes. Après chaque LAN on voit des dizaines de joueurs se revendiquer free agent. Qu’est-ce tu penses de ça ? Est-ce que ce serait lié à la jeunesse de la communauté ?

L : Comme au début de LOL, les joueurs de Fortnite n’ont pas vraiment connu l’esport. Et qui plus est, les sommes en jeu sont tellement colossales que ça peut rapidement monter à la tête d’un joueur et provoquer des altercations avec ses coéquipiers, le poussant à changer de roster.

 

K : Qu’est ce que tu penses de l’évolution de l’esport en général par rapport à ce que toi tu as connu ?

L : Je pense que l’évolution est bonne. Mais certains ne se rendent pas compte des avancées qui ont eu lieu ! Notamment en termes de confort… A mon époque on ne nous payait pas l’hôtel quand on allait en LAN par exemple. Et pour les joueurs c’est plus safe d’un point de vue sécurité financière. Maintenant les joueurs peuvent avoir des contrats avec des revenus réguliers etc.

 

K : Il y a peu tu as participé au match des légendes. On a vu que mécaniquement il y avait encore du niveau. Ca signifie que tu joues encore au jeu ?

L : Un petit peu. Ca fonctionne par période. Il y a des périodes où je joue beaucoup et d’autres moins. Là par exemple je joue énormément à Overwatch, mais quand on attaquera la nouvelle saison je retournerai beaucoup plus sur LOL. J’essaye de garder un niveau haut Diamant / Master.

 

K : Et pour finir, tes ambitions avec LDLC pour la saison prochaine ?

L : On veut toujours faire Top 1 et remporter le Masters ! Gagner c’est notre devise, donc on va tenter de la respecter !

 

L’application est disponible en bêta ! Alors rejoins la meute !

Leave A Comment