, ,

Cette semaine, c’est avec plaisir que nous avons eu l’opportunité de discuter avec Charles « Noi » Lapassat. Il est l’un des fondateurs d’O’Gaming, la chaîne esport référence en France sur Twitch. Spécialiste du jeu League of Legends, il a accepté de répondre à nos questions ! 

 

Kyklos : Pourrais-tu te présenter et nous raconter ton parcours ?

Noi : Je m’appelle Noi, Charles Lapassat de mon vrai nom. J’approche les 30 ans, tout comme Chips d’ailleurs !

J’ai fait un Bac ES, et je suis partie en double licence de Droit-gestion à la Sorbonne. Mais arrivé vers la fin de la formation j’ai estimé que je détestais ce dans quoi je m’étais engagé professionnellement. En parallèle de ça, avec un groupe de copain composé de Pomf et Thud avec qui on faisait des LAN, des soirées… on a commencé à faire des VOD sur Youtube ! Ça a plutôt bien fonctionné et on s’est dit qu’il y avait quelques choses à faire. Et 9 ans plus tard, on en est là ! 🙂

 

Kyklos : Mais du coup la fameuse question : comment vous vous êtes rencontrés avec Chips ?

Noi : Alors Fabien et moi étions ensemble sur les bancs de la fac ! Donc ça fait une dizaine d’année déjà ! On était dans un amphithéâtre, et on était assis tout les deux à côté d’une fille. Un mec est rentré dans la classe avec un short et un t-shirt vert et elle a dit un truc du style “Aha le noob il est vert”. Et du coup on a tout les deux rigolé, on a discuté et il s’avère qu’on jouait tous les deux à WoW. Le courant est très vite bien passé.

 

Kyklos : Du coup vous êtes tous les deux gros joueurs de WoW ?

Noi : Oui on y a beaucoup joué, mais jamais ensemble ! C’est d’ailleurs vraiment un regret parce que on aurait aimé faire un peu de PvP ensemble.

 

Kyklos : Et de tout ça, comment êtes-vous arrivés sur LoL ? Et quel a été le processus pour créer O’Gaming ?

Noi : A la base on faisait des VOD de Starcraft, et on enregistrait ça dans ma chambre.  Alors imagine toi à l’époque, je suis étudiant, ma chambre faisait 10-12m2… Donc l’été, on était 10 dans la pièce, on se décapsulait des bières en fumant des clopes sous 35 degrés. Mais on était une belle bande de copains et on s’amusait bien ! Et un jour, Pomf et Thud sont venus nous parler de faire ce genre de VOD sur LoL. Il faut savoir que Chips et moi avions pas mal poncé le jeu. On était sur Dota à la base et on a migré sur LoL. On a record un truc, on l’a mis sur le Youtube de Pomf et Thud. En parallèle on crée aussi notre chaîne “Chips et Noi”. Et ça a bien pris ! On adore d’ailleurs le rappeler que la vidéo la plus vue de la chaîne “Pomf et Thud” c’est celle de LoL.

Et la vrai création d’O’Gaming, on fait un événement pour Starcraft dans un bistrot pas loin du Parc des Princes. C’était gratuit et on avait fait venir 3 joueurs pour un showmatch.

Il faut vraiment comprendre qu’on était un groupe de copains qui adore faire des choses ensembles, créer des événements… On avait donc créé un événement facebook, et ça a pas mal buzzé. Plus de 500 personnes avaient mis qu’elles seraient là ! Sauf que le bar il pouvait pas accueillir autant de monde à la base ! Alors du coup, on a acheté des télé supplémentaires, on a fait le maximum pour être prêt le jour J. Et le jour de l’événement, c’était noir de monde. Les gens grimpaient même aux arbres pour voir les télé … C’était fou ! Et le soir en rentrant avec les garçons, on s’est dit qu’il y avait quelque chose à faire. Et c’est là que O’Gaming est née.

 

Kyklos : Comment tu décrirais OG aujourd’hui en quelques mots ?

Noi : C’est une société de production audiovisuelle spécialisée dans le jeu vidéo. Mais on commence à se diversifier. Là par exemple c’est nous qui avons hébergé et assuré la technique pour Acropolis qui fait de la politique sur Twitch et notamment le Débathon avec le premier ministre. On commence en fait à utiliser les compétences qu’on a acquis au fil des années. Mais 99% de notre activité tourne autour jeu vidéo.

Après, 50% des revenus c’est la diffusion, et les 50 autres c’est de la production en marque blanche. Par exemple, l’Overwatch league, c’est pas diffusé sur OG, mais la production, les casters, etc, c’est O’Gaming.    

 

Kyklos : Et comment ça se passe au niveau des droits de diffusion des compétitions ?

Noi : Alors, ça a beaucoup changé ! Au début, sur LoL, tout le monde pouvait caster les compétitions. Après, RIOT se réservait quand même le droit parfois de bloquer certaines diffusions. Mais c’était assez libre !

Après on a eu l’époque où seulement 3 grandes chaînes avaient les droits : Eclypsia, Millenium et nous ! C’était super intense parce que tu ne pouvais pas t’arrêter sinon tu te faisais prendre la place. Mais c’était assez rude ! Nous on était deux commentateurs. Donc on avait des journées à 12 games par jour, 3/4 fois par semaine. 16 c’était le record d’ailleurs ! Après on a bien vu ce que sont devenus Millénium et Eclypsia… Et en fait, je pense qu’on est 3 commentateurs à avoir eu la résistance pour en arriver ici aujourd’hui : Chips, Tweeks, et moi-même. Personne d’autre n’aime assez la compétition pour s’infliger ce qu’on s’est infligé pendant 10 ans ! On s’est donc retrouvé comme les seuls survivants !

Et au fil du temps, RIOT a structuré ses droits de diffusion. Il y a donc 1 partenaire exclusif de diffusion par langue et par pays en Europe. Donc nous avons un contrat avec RIOT qui nous permet de diffuser la compétition, en échange du paiement des droits de diffusion.

 

Kyklos : C’est intéressant que tu parles du rythme des compétitions qui est très élevé, car on voit chaque année de nouvelles choses arriver. Cette année notamment, on a la LFL en France ! Est-ce que vous n’avez pas peur de ne plus pouvoir suivre le rythme un jour ?

Noi : C’est déjà le cas à l’heure actuelle. On ne peut pas diffuser la LPL par exemple car nous n’avons pas de place dans le planning alors que c’est la ligue des champions du monde ! Mais après tu dois faire des choix. Nous on est attaché à la Corée, l’Europe … Chez O’Gaming, on est 8-10 commentateurs, ça nous permet de quand même couvrir le plus de choses possibles. Et on est toujours à la recherche de nouveaux talents, donc ça ne nous ferme pas aux compétitions que l’on a actuellement ! Peut-être qu’on en ajoutera dans le futur ! Après, c’est pas facile d’être caster, et il faut un temps d’apprentissage ! Tu ne peux pas lâcher un commentateur avec peu d’expérience tout seul sur une grosse compétition. Tu es obligé de l’encadrer avec un autre caster plus expérimenté.

Et chez O’Gaming, la qualité prime sur la quantité ! Si tu veux caster de la LEC, ou LCS, il faut un certain niveau ! Et certains caster chez nous doivent encore monter un peu en compétence. Mais je n’ai aucun doute qu’un jour ils seront d’excellents commentateurs et que cela nous permettra de pouvoir commenter d’autres ligues !

 

Kyklos : Qu’est-ce que tu penses de la LFL ?

Noi : Forcément on est co-producteur avec Webedia donc je vais forcément te dire des trucs positifs (rire).

Comme prévu, le système de ligue fait augmenter le niveau de jeu. Ce qui est très bien.

Si on voulait vraiment pousser le truc on serait parti sur un format comme en Corée avec du BO3 match aller-retour. Mais ça ferait beaucoup de match et c’est une première saison. Il est vrai que le format BO1 est parfois un peu dur et punitif. Mais c’est marrant de voir aAa prendre une game à GO et c’est aussi ça le sport ! Après tu as une équipe qui est intouchable cette année, c’est LDLC. C’est très fort. Si tu les mets en LEC, ils sont meilleurs que certaines équipes.

 

Kyklos : On a discuté il y a quelques semaines avec Eika le midlaner LDLC. Il avait l’air en pleine confiance !

Noi : il est monstrueux cette année. Il est incroyable ! Il a toujours été super fort au jeu, mais là il a en plus l’équipe qui va avec son talent.

 

Kyklos: Et au niveau des audiences, est-ce que vous avez douté à un moment ?

Noi : Moi personnellement, non ! Je savais que ça allait marcher.

Les gens avaient surtout peur et disaient “3 ans pour faire une ligue, c’est beaucoup trop long …” Ouais, mais il faut penser long-terme. Une ligue ça se fait pas en deux jours. Même si le départ avait pas été bon, je reste persuadé qu’à la fin ça aurait été bien.

Les audiences sont corrects depuis le lancement. Il y a des choses à améliorer, mais c’est bien pour un début.

Je pense aussi que horizon 2020 ça va commencer à partir sur des events partout en France ! Et là ça ne sera pas la même chose ! Semaine 1 tu pourras être à Montpellier, semaine 2 à Lille … Ça sera bon pour les joueurs, pour le public … Et aussi pour les sponsors ! Donc il faut être patient ! Laissons le temps à cette compétition de se stabiliser.

 

Kyklos : Et par rapport au LoL Open Tour ?

Noi : Le format change pour l’Open Tour, ça sera du full Online ! Pour un comparer les deux, LFL c’est du niveau professionnel. Les joueurs sont payés pour jouer, et c’est leur métier. L’Open Tour c’est de l’amateur ! C’est accessible à tous. Mais c’était le but !

 

Kyklos : On a vu les Battle Royale arriver en force ces dernières années. Et les gens étaient inquiets pour LoL… Comment as-tu vu l’arrivée des BR, et est-ce que cela a impacté vos audiences ?

Noi : Tout le monde pensait que LOL faisait moins de vues… Mais c’est complètement faux. Nos audiences en 2018 montent, en 2019 montent, ou au minimum restent stables ! Mais elles ne baissent pas. Les gens pensent en pics de viewers… Sauf qu’il faut regarder la récurrence, le nombre de match, le nombre de visiteurs uniques… Aujourd’hui pour moins de match, on a plus d’audience par créneaux. Donc nous n’avons jamais eu peur. LOL est un jeu stable, très bien installé dans l’esport.

En plus, l’audience des BR n’est pas la même que celle des Moba. Donc tout ce que ça peut me faire, c’est me donner de nouvelles personnes à intéresser ! Et je suis très content qu’il y ait beaucoup de streamers qui stimulent et ramènent cette audience sur l’esport ! Nous chez O’Gaming, on est très mauvais dans l’exercice car on est là depuis longtemps. On est un peu les dinosaures du truc et on ne sait pas bien s’adresser à cette jeune audience ! Par exemple Solary, ils ont une audience que nous ne touchons pas. Et il ne faut pas croire que parce que c’est aussi une WebTV, nous sommes concurrents. Non. On travaille ensemble !

Et ce qui est assez drôle, c’est qu’on est arrivé nous à l’époque on vulgarisait l’esport pour tenter de le rendre accessible à tous. Aujourd’hui on est considéré comme la branche la plus hardcore du jeu vidéo ! Ça veut dire que ça c’est encore vulgarisé depuis qu’on est là. Et ça va probablement continuer dans cette voie jusqu’à ce que le grand public soit lui aussi habitué à l’esport.

Mais pour résumer, on ne pouvait pas rêver mieux que ce qu’on apportait les BR car cela nous permet de potentiellement capter une nouvelle audience ! Après c’est à nous d’être bon et de faire en sorte d’attirer ces personnes vers notre contenu.

 

Kyklos : Toi qui est un entrepreneur dans l’esport depuis quelques années et qui a de l’expérience dans le milieu, penses-tu qu’il est toujours aussi compliqué d’entreprendre dans l’esport en France aujourd’hui ?

Noi : De toute façon quand tu commences une start-up c’est pas facile. Tu ne comptes pas tes heures. Tu te paies au lance-pierre. C’est compliqué quel que soit le milieu. Nous chez O’Gaming, on a mis 6 ans avant de trouver la rentabilité. On en a chié aussi ! On payait en priorité les fournisseurs, prestataires et employés. Et ensuite on regardait au fond des caisses si il restait quelques choses pour nous.

Si les mecs voient que tu te donnes à fond pour que eux puissent vivre, ils feront pareil pour toi. Il est important que tout le monde regarde dans la même direction !

Et il faut savoir aussi différencier passion, amitié, et travail. Quand tu mets tous tes œufs dans le même panier, c’est plus compliqué à gérer aussi ! Et il faut aussi savoir se diversifier ! Quand tu focus sur un jeu qui galère un peu depuis quelques temps, et que tu n’as que celui-ci, bah forcément que ça va être plus compliqué ! Nous chez OG on a diversifié la chose ! Même si LoL représente un gros pourcentage de l’activité.

Kyklos : Intéressant. Et pour rester un peu dans cette partie plus business, que penses-tu des formations esport proposées par des écoles ?

Noi : Je suis en train de bosser un peu sur le sujet. La façon dont on présente les métiers de l’esport, forcément je suis touché. Pour moi la meilleure façon d’être utile dans l’esport, déjà c’est de ne pas que connaître le jeu. Des mecs qui bossent sans aucune organisation, mais qui connaissent le jeu, ça on en voit ! Il faut réussir à apporter des compétences qui viennent du monde extérieur à l’esport. C’est ça qui lui permettra d’avancer aussi. C’est plus facile de prendre un juriste et de lui apprendre l’esport, que de prendre un passionné d’esport et de lui apprendre le métier de juriste. Il ne faut pas faire les choses à l’envers.

Encore récemment, j’ai quelqu’un de mon entourage qui m’a demandé de discuter avec un ami qui voulait tout plaquer pour stream et monter sur Youtube. NON ! Continues tes études et stream à côté. Et tu verras que le jour où une entreprise voudra te recruter, cela ne sera pas parce que tu es streamer ! Mais ça te donnera une expérience en plus !

L’esport est un nouveau métier, qui prend les compétences d’autres milieux. Il ne faut pas se fermer de porte et ne vouloir que l’esport. C’est un milieu dans lequel les places sont chères !

Par contre, si tu fais un cursus classique et que derrière, tu veux faire une formation esport, là ok ! Tu as déjà des compétences généralistes, et tu veux en savoir plus sur le milieu. Une formation esport doit être un complément à ta formation de base.

 

Kyklos : Très intéressant ! C’est bien de voir quelqu’un du milieu avoir un avis tranché mais expliqué sur le sujet ! Pour conclure, ton favoris en LEC cette année ?

Noi : G2 vont tout exploser. C’est sûr. Ils ont les meilleurs joueurs. J’ai tellement hâte d’être au MSI cette année.

 

Kyklos : Et on te voit au cast des Worlds à Paris ?

Noi : Avec grand plaisir !

 

Kyklos : Merci Noi, à très vite !

Noi : Merci à toi

 

L’application est disponible en bêta ! Rejoins la meute ! 

Leave A Comment