L’annonce de Google 

Google a récemment annoncé la création de Stadia, une plateforme de jeux vidéo en ligne permettant aux joueurs d’accéder aux jeux de leur catalogue directement depuis le navigateur Chrome. Stadia est également le studio de développement de jeu créé par Google, dans le but d’alimenter la plateforme. La firme californienne va également introduire sa propre manette, permettant notamment de partager ses parties sur Youtube, propriété de Google.

L’idée rappelle la tendance actuelle à la dématérialisation des outils de divertissement et à la mise en ligne des contenus. Cela a commencé avec les plateformes de streaming de musique, désormais d’oeuvres cinématographiques comme les films ou les séries. On pensera également au concept proposé par l’entreprise française Shadow, qui permet, au prix d’un abonnement mensuel, de bénéficier des performances d’un PC de grande qualité sans avoir à changer son matériel actuel. Il était donc normal que le jeu vidéo soit touché par ce phénomène à un moment ou à un autre.

 

Un catalogue de jeux dématérialisés 

L’apport de cette innovation revient à l’accessibilité d’un catalogue de jeux dématérialisés directement depuis un navigateur, alors qu’avant il fallait acheter le jeu en physique ou passer par les plateformes des constructeurs de consoles. Ici, Google court-circuite les constructeurs tels Sony ou Microsoft, et se place sur le même plan qu’eux, sans avoir la contrainte commerciale qui est de vendre des consoles, puisque l’outil permettant de jouer, c’est la navigateur Chrome, qui est gratuit et que se télécharge très facilement. De plus, autre pied-de-nez aux constructeurs, Google apporte sa propre manette, ce qui est assez intelligent puisque finalement, la plateforme ne devrait pas être totalement utilisable sans acheter cette manette. Dès lors, le consommateur qui souhaite jouer à la manette sur Stadia se retrouve “forcé” d’acheter la manette.

Un aspect important de Stadia n’a pas été annoncé, c’est son business model. Les Echos et autres journalistes ont parlé de “Netflix du jeu vidéo”, évoquant dès lors un système d’abonnement mensuel donnant accès à la totalité du catalogue. Mais rien de tel n’a été prouvé. Il se peut très bien qu’il s’agisse d’un système de forfait, par exemple en termes d’heures jouées, mais également l’achat directement du jeu sur la plateforme, à la manière d’un Steam ou d’un Epic Games Store.

 

Google a son propre studio ! 

Google a annoncé la création de son propre studio de développement de jeu, mais le concept a déjà été testé par le biais d’un partenariat avec Ubisoft. L’idée était de rendre accessible Assassin’s Creed Odyssey sur le navigateur Google. Les joueurs avaient accès à la version payante de jeu développée pour PC et pouvait donc en profiter partout, du moment qu’ils avaient accès à Internet sur du matériel suffisamment puissant.

Quoiqu’on pense de l’idée, Google va se retrouver confronter à deux limites : tout d’abord, les consoles sont des dispositifs hardware conçus pour faire tourner des jeux de type AAA, c’est-à-dire des jeux au contenu graphique très avancé et lourd, une puissance de processeur importante, autant de features difficilement reconstituables par le biais d’un navigateur internet. Autre limite manifeste, outre l’aspect qu’on ne connaisse pas encore la technique de monétisation du service, le catalogue. Pour être attractif, la plateforme va devoir se doter d’un catalogue assez fourni. Or le studio vient à peine d’ouvrir ses portes, et on sait qu’il faut au minimum 2 ans pour créer un jeu correct, et les partenariats avec des studios déjà installés, prêts à proposer leur jeux sur cette nouvelle plateforme ne pleuvent pas encore. Il va donc falloir que Google accélère grandement sa production de contenu.

Cependant, il faut bien admettre que l’arrivée d’un acteur aussi puissant que Google va forcément faire évoluer l’industrie. Ils ont évidemment les finances pour franchir les barrières à l’entrée de l’industrie, mais ils ont également déjà de puissantes infrastructures (19 datacenters répartis dans le monde) ainsi qu’une armée de techniciens experts en leur domaine. Il est de notoriété publique qu’en général Google fait les choses bien car ils y mettent les moyens. Il est donc fort probable que Stadia devienne rapidement un acteur majeur de l’industrie, sans que personne ne s’en soit vraiment méfié.

Leave A Comment