,

Niizuma est un jeune joueur et streameur Français de Hearthstone ! Aujourd’hui principalement sur TFT, il nous parle de son parcours.

K: Pour commencer est-ce que vous pouvez vous présenter et nous parler de votre parcours ?

N : Bonjour je suis Nizuumaa alias Charles, j’ai 22 ans. J’étais présent sur Hearthstone avant d’arrêter il y a maintenant 6 mois. J’ai participé à pas mal de petits tournois parisiens, avec une ambition de m’améliorer et d’être reconnu sur la scène française. J’ai donc rapidement été « vu » de part mes résultats et contacté par des structures qui m’ont suivi dans mes ambitions et on eut la possibilité de me défrayer ce qui est un atout non négligeable lorsque l’on est joueur HS. Suite à cela, j’ai eu la chance d’être en partenariat avec GamersOrigin, ce qui fût une superbe expérience. 

K: Quel a été votre contact initial avec l’esport ? Un hasard ou une vocation ?

N : Je dirais que comme beaucoup d’autres joueurs, j’ai commencé à toucher aux jeux vidéo quand j’étais jeune. J’ai pas mal joué à League of Legends, avant de me tourner vers Hearthstone par dépit. C’était un jeu fun et l’univers Blizzard m’a fortement attiré. Je n’ai donc connu HS que très tardivement ne commençant qu’en 2017. 


K: Vous avez constaté une évolution au sein de HS ?

N : Et bien la mienne d’évolution fût bien triste car elle s’est clôturée  par un arrêt d’Hearthstone. L’aspect esport se faisait de plus en plus rare mais cela reste mon avis personnel et ma vision du jeu. Malheureusement sur HS, si l’on est pas rapidement doué, on ne peut pas en vivre. Mais ça reste un excellent jeu de cartes pour quiconque possède du temps à revendre ainsi que de la patience. Et puis surtout pour les fans de l’univers Blizzard évidemment ! 


K: Le ladder sur HS et les Lans type Dreamhack, MasterTour etc n’ont rien à voir. Avez-vous eu l’occasion de participer à de tels championnats ?

N: C’est d’autant plus simple d’évoluer sur Hearthstone, lorsque vous avez l’infime chance de vous faire défrayer vos déplacements, que ce soit les billets d’entrées en LAN ou tout simplement le bus, train, avion…. et j’en passe. Personnellement, j’ai assisté à toutes les Dreamhack (Tours, Valencia, Austin, …), les Gamers Assembly. J’ai également participé à des tournois moins importants mais toujours internationaux.

 K: Vous auriez un meilleur souvenir lié à HS, une LAN en particulier ? Une anecdote ? 

N: Sans hésiter ma Lan coup de cœur c’est la DH Valencia en Espagne. Il y a une grande différence entre l’organisation française et internationale. Je me souviens de la présence de beaucoup de joueurs semi-pro, beaucoup de mes nouveaux amis joueurs HS que j’ai pu voir et revoir lors de soirées Meltdown ou lors de différentes LAN comme les soirées spéciales ou les « ArmaLAN » de Armateam. 

K: Si on vous proposait une place au sein d’une équipe esport de haut niveau,  reprendriez-vous la compétition ?

N: Il me serait très difficile de replonger dans Hearthstone aujourd’hui. À moins qu’il s’agisse de la meilleure équipe Hearthstone au monde avec tous les avantages possibles et une rémunération qui me permettrait de subvenir à mes besoins … Reprendre un jeu est assez compliqué, même lorsque l’on a été un peu doué. De plus, j’avais de moins en moins de plaisir à jouer les derniers mois. Il faudrait que le jeu évolue également de son côté. 

K: Quel serait le premier conseil que vous pourriez donner à un joueur souhaitant découvrir HS ? 

N : Le conseil que je pourrais donner aux nouveaux arrivants serait de ne pas se précipiter. Il ne faut pas vouloir gagner à tout prix au début. Il faut comprendre les mécaniques du jeu, le fonctionnement des cartes… Je pense qu’il est aussi important de poser des questions à des joueurs plus expérimentés de votre entourage ou sur Twitter qui pourront par la suite devenir vos coachs In game ou vos amis de tournois IRL.

Il faut aussi savoir se différencier des streamers qui eux utilisent des decks parfois “fun” avec des cartes pas vraiment adaptées à la méta et qui grimpent le ladder à côté en jouant un deck complètement autre lorsqu’ils ne streament pas.

Et surtout il faut jouer ce que l’on aime ! Il ne faut pas suivre sans réfléchir les joueurs pro qui ont beaucoup plus d’expériences dans le jeu et qui jouent des decks qu’ils connaissent par cœur. Utiliser les decks qui fonctionnent c’est bien si vous voulez être un joueur qui ne réfléchit pas. Cela ne vous apportera pas une meilleure vision du jeu et vous ne vous en ferez pas votre propre image ce qui est dommage. On ne devient pas joueur pro en deux parties ! Hearthstone prend énormément de temps et demande beaucoup de concentration. 

K: Et est-ce que vous pensez que le jeu attire justement encore des nouveaux joueurs ?

N : Je suis complètement de cet avis. Blizzard a une telle force de communication de part les pubs à chaque nouvelle extension. La marque est tellement présente lors des salons, les différents produits dérivés sont proposés en masse et les vendeurs internationaux parlent tellement de l’univers que même en n’étant pas joueur on connaît forcément l’univers Blizzard. Suffit de regarder les chiffres publiés par Blizzard : plus de 70 Millions de comptes créés pour HS depuis le lancement du jeu. C’est énorme ! Après évidemment que tous ne sont pas des joueurs réguliers. Mais c’est incroyable pour un jeu de cartes ! 

K: Question un peu plus corsée, Free to Play ou Pay to win selon vous ? 

N : Sans mentir et sans leurrer personne, on ne peut pas commencer Hearthstone sans mettre un minimum d’argent aujourd’hui. A moins de n’avoir absolument que ça à faire de ses journées et de ne consacrer son temps qu’à ce jeu. Après, tous les joueurs ne peuvent pas investir dans le jeu. Il existe donc des modes de jeu qui permettent d’évoluer et de gagner des récompenses ! Mais ce sont des modes complexes qui demandent des connaissances avancées je pense pour vraiment être rentable. Donc oui, il s’agit aujourd’hui pour les joueurs ayant pris du retard d’un jeu Pay to Win. 

K: Quelles sont vos ambitions personnelles par rapport à l’esport actuellement si vous en avez ?

N : Ayant débuté TFT, et devenant meilleur car sans me vanter je me situe dans le top 10 FR, mon objectif actuel est de rester sur cette lancée, de voir ce que le jeu peut nous apporter. En plus comme je viens de HS, j’ai l’habitude de dépendre de mes sorties et de devoir constamment m’adapter. La RNG ne me fait pas peur, je pense être bien équipé pour passer de très bonnes games sur TFT voir plus si celui-ci devient un jeu complètement esport ! 


K: Pour conclure, j’aime bien poser cette question : à quoi est-ce que vous jouez en ce moment lorsque vous avez un peu de temps libre ?

N : Vous l’aurez compris je suis à 100% sur TFT, un jeu qui m’a tout particulièrement interpellé. Si je suis dans l’obligation de citer un autre jeu ce serait Dofus. J’y ai consacré pas mal de temps étant plus jeune. Mais sinon cela restera TFT jusqu’au prochain coup de cœur comme celui-ci ! 😉 

K: Merci beaucoup Niz, à très vite !

L’application est disponible sur les store ! Rejoins la meute !

Leave A Comment