Si je vous dis « Studio créateur de jeux vidéo français », beaucoup d’entre vous me répondront « Ubisoft » car il s’agit bien évidemment de l’évidence, du fleuron français du jeu vidéo sur le territoire comme à l’international. Mais cette semaine nous avions envie de mettre en avant d’autres studios français. Les noms ne vous dira peut être rien mais dont les jeux ont connus un franc succès.

Arkane Studio, le frenchie à l’origine de la saga Dishonored

Installé à Lyon, le studio fondé en 1999 par Raphaël Colantonio nous a apporté quelques jeux marquants, devenus incontournables dans le paysage vidéoludique depuis. Comme souvent, les studios indépendants se lancent et se font connaître d’abord en réalisant des missions pour d’autres studios. Ce fût le cas pour Arkane lorsqu’ils ont été chargés d’assister 2K Marin dans le level designing de Bioshock 2, excusez du peu. Ils créent par la suite un second studio basé cette fois-ci à Austin au Texas, une implantation stratégique au pays de l’Oncle Sam de bon augure puisqu’elle procure une certaine visibilité et proximité avec les principaux acteurs du marché.

Leur travail leur a permis de se faire remarquer par Bethesda (The Elder Scrolls, Fallout), qui en tant qu’éditeur va leurs confier le développement d’une nouvelle franchise, qui deviendra alors le fer de lance d’Arkane, à savoir Dishonored. Le jeu est un carton puisqu’il s’en vendra presque 2 millions d’exemplaires en tout dans le monde.

Fort de ce succès, Bethesda rachète le studio Arkane, et se lance dans le développement de Dishonored 2 et d’un autre jeu qui fera la renommé du studio, Prey. Les deux jeux feront sensation et permettront à Arkane d’entrer dans la cour des grands studios de développement de jeux vidéo.

Asobo, le développeur favori de Pixar

Si vous avez déjà joué à un jeu d’une licence de Pixar, il y a de grandes chances qu’il ait été développé par Asobo. Ce studio bordelais, fondé en 2002, a en effet récupéré un grand nombre des commandes lancées par Pixar. L’exemple le plus marquant sera certainement Ratatouille, qui marquera le début d’une collaboration couronnée de succès, avec plus de 2 millions de copies vendues. Ils sont également à l’origine du jeu Wall-E, Toy Story 3, Là-haut, Rush etc.

Le studio multiplie les partenariats avec d’autres éditeurs tels qu’Ubisoft, FOCUS afin de gagner en crédibilité sur la scène.

Plus récemment, le studio s’est démarqué de sa production habituelle, en misant sur des jeux plus profonds, plus adultes, avec des univers divers et variés. Vous avez certainement entendu parler de Quantum Break, jeu créé pour être publié par Microsoft, dont la caractéristique marquante est la capacité du héros à contrôler le temps à la suite d’une manipulation défectueuse du Quantum. Ce jeu marque une vraie rupture avec le contenu habituel proposé par le studio. Mais le rôle d’Asobo dans ce jeu était limité puisque le studio n’avait été contacté que pour aider au développement de l’animation, de la lumière, du sound design. Le studio n’avait alors pas encore eu la chance d’être investi pleinement sur un projet d’ampleur.

Ceci était vrai jusqu’à ce que FOCUS les charge de développer le jeu historique A Plague Tale : Innocence. Cette aventure se déroulant dans une Aquitaine post-Renaissance, dans une ambiance sombre où le joueur devra faire face à diverses menaces, dont la plus effrayante, des colonies de rats se cachant dans les égouts de la ville. Le niveau de détail est de graphisme fait définitivement prendre à Asobo une stature plus importante que celle de simple studio indépendant.

Enfin, le studio semble faire un choix de développement stratégique original, puisqu’il se concentre sur le développement de projet liés à la réalité virtuelle et à la réalité augmentée. En partenariat avec Microsoft, le studio fût l’un des premiers à se lancer dans le développement de jeux compatibles avec le casque de réalité virtuelle Hololens. La création de l’HoloForge permet à Asobo de consacrer une part conséquente de son activité à la VR et d’élargir son champ d’actions commerciales. Ils ont cependant commencé par créer Fragments. Le jeu Fragments vous pousse à être un détective cherchant des indices dans une pièce que se sera adaptée à la dimension de l’endroit où vous jouez. Fort d’un succès critique, le jeu permet à Asobo d’être une référence en matière de VR. Cette direction choisie promet une pérennisation d’Asobo en tant qu’acteur majeur du marché de la VR, qui dissimule un grand potentiel encore inexploité.

L’application est disponible en bêta ! Rejoins la meute !

Leave A Comment